Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Shameless (Saison 10)

2 Février 2020 , Rédigé par Notes-Séries Publié dans #Shameless, #Drama, #Comédie, #Showtime

Shameless (Saison 10)

Shameless US
- Showtime - Saison 10 (2019/20) - 12 épisodes -
Créée par Paul Abbott

#Shameless 10.01 - Hormis les derniers moments où la série réunit quasiment toute la famille autour de Lip, ce season premiere est assez bancal. Niveau humour ou lancement d'intrigues c'est plat, seule Debbie semble cacher une intrigue qui pourrait nous surprendre selon son évolution, mais pour l'instant c'est pas captivant. 5/10

#Shameless 10.02 - Même si chaque histoire a ses faiblesses, il y a aussi de bons passages du côté de Lip qui doit gérer seul son fils, le retour de Gallavich, mais aussi les trames plus légères comme le livreur Amazon qui permet de s'offrir des cadeaux ou les magouilles de Frank et Mikey. Reste l'histoire de Debbie qui garde l'esprit initial de la série (la débrouille), mais sans que ça passionne. 6/10

#Shameless 10.03 - C'était clairement mieux que les deux premiers, les aventures de Frank et Mikey m'ont fait sourire, les emmerdes de Lip m'ont plu, les scènes autour de Carl et la prison avec des conseils de couple d'un groupe de nazis étaient agréables. Mais les histoires avec Kev ou Debbie plombent pas mal l'épisode. 7/10

#Shameless 10.04 - Le point fort de l'épisode est une nouvelle fois le duo Frank et Mikey. Je n'y croyais pas au début, mais donner un co-aventurier à Frank est une bonne idée. Leur journée de businessmen était bien cool et le virage pris sur la fin avec le choix de la prison pour avoir des soins est ce que j'attends de Shameless. Du côté de Carl, j'aime bien aussi le personnage d'Anne et ce que ça amène au personnage, le retour de Kelly n'était pas indispensable à mon goût. Du côté de Lip, il n'y a pas énormément de nouvelles choses racontées à chaque fois, mais son parcours de jeune père me déplait pas du tout. Le retour de Tami vient casser un peu cette dynamique, mais on sent qu'elle a des soucis psychologiques, curieux de voir ça. Du côté de Liam et Debbie par contre, c'est long... 7/10

#Shameless 10.05 - « If you were a pedophile, which one of these kids would you diddle inappropriately if you had to choose one? » Le retour de Ian n'est pas trop mal géré, avec une part de solitude et une petite critique de la gestion des ambulances aux US. Tami qui gère seule le bébé ne propose rien de révolutionnaire mais permet de sympathiser un peu plus avec ce personnage. Mais le reste est moyen, et c'est difficile de s'émouvoir des emmerdes de Debbie, alors qu'elle a tout fait pour les avoir et qu'elle est, en gros, insupportable cette saison encore. 5/10

#Shameless 10.06 - Depuis quelques saisons, la série essaie de garder son côté provoquant mais sans l'emballage, le message ou même une certaine finesse qui va avec. On peut apprécier que Kev ne renouvelle pas sa blague sur le fait qu'il n'a pas été abusé par le coach et que cette mini-intrigue se boucle sur ce nouvel arc. Le vol d'orphelines de Debbie, la vente d'un bébé de Frank, c'est provoc, mais sans rien dire de précis. Seule la partie sur Ian se veut provocante mais profonde avec le personnage qui doit laisser son âme de côté en fin d'épisode. La culture noire de V après celle de Liam était mal amenée et la guerre des gangs de mexicains étaient feignante. 5/10

#Shameless 10.07 - Un truc m'énerve avec Shameless parfois c'est la façon dont ils tournent la page sur des intrigues ou personnages. Anne disparaît d'un coup et hop, on l'oublie. Ce personnage amenait un truc différent. On occupe rapidement Carl avec un autre projet, qui peine à captiver mais dont le cynisme à la fin reste bienvenu. Le reste n'est pas toujours brillant, mais rien n'est chiant pour autant, que ce soit Lip/Tami, la virée de Debbie, sa babysitter, la recherche d'alcoliques pour sauver l'Alibi. 6/10

#Shameless 10.08 - « Prone to murder?! Name me one person I've murdered! » Le point fort reste Ian et Mickey, les soupçons de chacun sont plutôt légers au début, et on vire à quelque chose de plus intime pour les deux, ce qui marche assez bien. En dehors de ça, nous sort souvent la carte d'une personne riche qui s'immisce dans la vie des Gallaghers, là on a deux histoires avec Frank et Debbie. Alors qu'on semblait se diriger vers une énième folle qui s'attache à Frank, on prend un virage bienvenu avec une vengeance. Pour Debbie, je ne sais quoi penser. Quant au reste c'est pareil, ça part dans tous les sens, sans finesse dans certains cas (la tante raciste, l'arnaque de Kev et V) ou crédibilité dans d'autres (Liam, Carl). Ça passe le temps, mais ça sent le remplissage par moments. 6/10

#Shameless 10.09 - La série s'attaque, plus que d'habitude, aux injustices raciales ou sociales, mais c'est parfois forcé ou maladroit, la provoc l'est parfois aussi. C'est finalement dans certains petits moments comme les dialogues Ian/Lip ou Ian/Mickey à la fin qu'on touche à quelque chose de personnel, qui est l'essence de la série. Pas tant les artifices comiques ou provocants autour. 6/10

#Shameless 10.10 - Lip est le seul à avoir une saison vraiment bien construite, ils y sont allés progressivement pour développer sa relation avec Tami et l'emmener vers ce changement. Du côté de Ian et Mickey, le déroulement est prévisible mais la fin reste plaisante. Le reste est plus chaotique et tente de gérer du drama ou de l'humour mais sans vraiment y parvenir. 6/10

#Shameless 10.11 - Mickey (comme son acteur) reste un point fort dans la série, et dans la saison, il donne une ampleur au personnage que n'ont pas toujours les autres, faute de matériel ou de capacité. Malgré ça, l'épisode n'arrive jamais à passionner. Ce n'est pas chiant, le temps passe sans soucis, mais on ne rit pas, on n'est pas ému, on n'est pas captivé, et les intrigues partent tellement dans tous les sens qu'on ne sait plus quoi en penser. Laissons à Mickey les clés du final pour sauver ça. 5/10

#Shameless 10.12 - « I can't. I gotta punch an old lady. » Shameless nous rappelle dans ce final ce qui fait la force de la série, un maximum de monde dans la même pièce dans des scènes rythmées aux dialogues qui fusent. La scène dans la cuisine et le travail de chacun pendant le mariage pour tout organiser sont des moments devenus trop rares. Shameless serait une série parfaite pour un bottle episode d'ailleurs, si les scénaristes avaient le courage de faire ce travail. Car les soucis de cohérence, sur un épisode, une saison ou la série entière sont très douteux ici encore. La série lance plein d'intrigues, nous présentent des personnages, qui disparaissent aussi vite qu'ils sont venus, sans explication décente. La dernière saison devrait faire mieux pour clore cette série chaotique mais qui provoquera qu'on le veuille ou non beaucoup de nostalgie. 8/10

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article