Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Code Black (Saison 3)

19 Juillet 2018 , Rédigé par Notes-Séries Publié dans #Code Black, #Drama, #Médical, #CBS

Code Black (Saison 3)

Code Black
- CBS - 2018 - 13 épisodes -
Série créée par Michael Seitzman

#CodeBlack 3.01 - Niveau rythme on n'est pas dépaysé, la série retrouve vite ses marques et nous replonge au coeur de l'action. L'intervention de l'ambulance en pleine fusillade ajoute du piquant (ce futur duo en ambulance peut amener un petit plus à la série). En dehors des cas qui animent l'épisode, le reste y va avec des gros sabots je trouve, c'est dur d'accrocher aux interactions pour l'instant. 6/10

#CodeBlack 3.02 - « You've got to let her fly, Mario. » Cet épisode est moins "construit", plus fouillis mais se veut plus profond. Tout ce qui est en rapport avec les visions et les vocations est réussi. Les cas de la stagiaire du politicien et du couple d'amis s'intégraient un peu moins et étaient plus classiques. 7/10

#CodeBlack 3.03 - « Got a broken penis, so there's that... It's a patient with a broken penis. » Cet épisode est principalement centré sur Jesse qui doit gérer un cas personnel, si certains passages sont touchants, l'ensemble était sans véritable surprise, ce qui a privé d'un meilleur ressenti. Après deux épisodes et demis insupportable, le doc/réalisateur montre enfin une évolution, qu'il soit pas si stupide que ça n'est pas une surprise, mais on aurait pu nous épargner ses remarques débiles en permanence. Le reste, patients comme interactions entre les doc était dans l'ensemble correct. 7/10

#CodeBlack 3.04 - « Let him pound! He can pound the way he wants to pound. » Je ne sais pas si c'est l'accumulation de séries médicales en ce moment (The Resident, The Good Doctor, et je ne compte pas celles que je ne regarde pas comme Grey's ou Chicago Med) mais j'accroche moins à tout ce qui concerne la vie personnelle des docteurs. Soit c'est cette accumulation, soit la série n'est pas très inspirée à ce niveau pour l'instant. Le seul passage réussi à ce niveau je trouve est la révélation de la sobriété de Mario. Le reste manque vraiment de finesse ou de surprise pour fonctionner. Par contre au niveau patient, si les émotions ne sont pas encore tout à fait présentes, les cas sont assez variés et bien développés. 6/10

#CodeBlack 3.05 - Le cas principal de l'épisode est intéressant avec une situation à régler à distance, on l'a déjà vu dans la série (saison 1) mais ça reste efficace. L'exécution est de plus réussie, le fait qu'on ne voit pas du tout ce qui se passe dans l'avion ajoute à la tension. Les autres cas sont plus inégaux, la tension est un peu plus forcée mais on continue de travailler sur des duos. 7/10

#CodeBlack 3.06 - Côté positif : enfin une série parle des feux de forêt qui ravagent régulièrement la Californie, c'est fou comme les séries et talk US ont l'air de s'en foutre. Le développement d'Ariel est intéressant, même la partie où elle ne comprend pas qu'un homme veuille mourir se montre plus subtile que prévu. On a une séquence émotion pas trop mal également. Trois bons points, pour un ensemble qui me laisse sur ma faim, le développement sur le feu aurait pu être plus original et consiste avant tout à rapprocher encore plus Ethan de Rox. On comprend vite qu'Elliot doute, et l'épisode le ressasse du début à la fin. Quant à Campbell, le personnage oscille toujours entre le "pas si mal" et "mais il est quand même chiant", et cet épisode ne parvient pas à suffire pour rester dans le premier sentiment. 6/10

#CodeBlack 3.07 - Je ne dirai pas que tout était parfait mais enfin un épisode qui me fait sentir quelque chose, les cas autour du concours de danse ont permis à Dixon de se remettre un peu en course et ont proposé une scène finale rafraîchissante. Noa a eu des scènes difficiles et casse gueule, ça a bien marché je trouve. Je reste plus sceptique autour de Willis, son père et la façon dont on pousse sa relation avec Rox. C'est ce qui m'empêche de monter plus haut dans la note. 7/10

#CodeBlack 3.08 - Ca fonctionne mieux depuis deux épisodes, la saison trouve son rythme. Aucun cas n'était mauvais, que ce soit l'intervention sur le bateau ou les gamins qui se sont brûlés. Les teens sont mieux développés que dans d'autres séries. Les interactions entre docteurs sont un peu plus réussies, le jeune docteur/réalisateur devient moins pénible et on a eu un peu d'humour ou de développement corrects. 7/10

#CodeBlack 3.09 - Inégal. Ce qui concerne Owen et Ariel m'a plu, tout comme Elliot qui continue dans la difficulté à s'affirmer. J'apprécie la volonté de parler de PTSD avec l'enterrement d'un autre soldat mais tout est trop centré sur Willis. Le reste sera oubliable. 6/10

#CodeBlack 3.10 - Ce n'est pas mauvais, mais j'ai de plus en plus cette impression (ça a peut-être toujours été le cas) qu'ils insistent trop les contacts avec les patients. Ils avaient tendance à rapporter à leurs problèmes personnels, mais là ils se mêlent un peu trop, et ça rend certaines interventions forcées. Les seuls passages vraiment intéressants, c'est Angus qui a une petite surprise avec un personnage déjà apparu dans une saison précédente et la pirouette pour sauver l'autre relou avec sa camera. 6/10

#CodeBlack 3.11 - On en fait encore des caisses autour de Willis je trouve, mais la patiente de la semaine pour lui est forcément intéressante, couplée à l'histoire des jumeaux, on avait deux cas qui complétaient bien l'épisode. On a des dialogues un peu moins inspirés du côté de Mario, Noa ou même Angus, mais ce n'était pas gênant. 7/10

#CodeBlack 3.12 - On retrouvait un peu plus le rythme de la série, ça allait assez vite, les patients s'enchaînent avec quelques classiques rebondissements. On retient surtout Mario qui prend son envol en l'absence des principaux docteurs pendant la première partie. La fin joue, sans surprise, la carte de l'émotion, mais ça a bien marché, que ce soit la recherche d'Ariel, le dialogue Mario/Noa et la révélation sur Willis (on avait deviné qui était le soldat, mais la fin reste forte). 7/10

#CodeBlack 3.13 - « They say it takes a village. We're your village. » Je ne peux pas dire que c'était un épisode parfait, certains dialogues sur la fin d'épisode sont agaçants tant ils sonnent clichés, mais on a retrouvé, comme la semaine dernière, l'esprit Code Black, avec une cascade de patients et des imprévus. Le coeur de l'épisode sur Central Stage était court mais intense. Sur la fin, hormis certains dialogues, la série trouve le moyen d'apporter une conclusion à certains personnages et à proposer des scènes touchantes. Imparfait, comme toute la saison, mais satisfaisant. 7/10

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article