Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Notes-Séries

The Good Fight (Saison 1)

19 Avril 2017 , Rédigé par Notes-Séries Publié dans #The Good Fight, #The Good Wife, #Drama, #Judiciaire, #CBS

The Good Fight (Saison 1)

The Good Fight
- CBS - 2017 - 10 épisodes -
Série créée par Michelle et Robert King

#TheGoodFight 1.01 - « You got fucked here, Diane. And you know the best response? You come with me, and you fuck 'em back. » Le début est déroutant, malgré les personnages de The Good Wife qu'on retrouve on se sent pas tout à fait à la maison, le ton, le rythme et les décors sont différents mais au fil des minutes on retrouve le style King, Baranski élève le niveau et la hype revient. En plus la voie prise par la fin d'épisode me semble prometteuse. Un vent de fraîcheur sur cette saga qui a été mythique, malgré deux dernières saisons moins inspirées. 8/10

#TheGoodFight 1.02 - « Everybody hates her. Great way to mold a fighter. » Mais... c'est... bon ça ! Après un épisode au rythme différent mais qui a posé de bonnes bases, on retrouve un épisode très proche de TGW, avec du rythme, des twists, du développement des personnages avec une affaire judiciaire en fil rouge. Les bonus à base de Julius, Marissa, Abernathy, le troll David Lee et les masques africains sont la cerise. Ce début de saison est une franche réussite. 8/10

#TheGoodFight 1.03 - « Hmm. Who voted for Trump? » Le début est très bon et confirme sur la série est sur de bons rails. Malheureusement l'intrigue secondaire autour de Trump déçoit, le fil rouge ne surprend pas après une bonne entame ici. Reste l'affaire qui, comme le faisait The Good Wife, se montre habile à explorer les lois américaines, qu'elles soient étranges ou non. 7/10

#TheGoodFight 1.04 - « So you just fucked us over. » Matthew Perry est de retour dans le rôle de Mike Kresteva, les souvenirs sont flous mais on nous rappelle très vite quel genre de personnages il était. Il amène avec lui un arc assez intéressant qui touche toute la firme et qui devrait nous tenir jusqu'à la fin de saison. Le scandale Rindell est mis en retrait mais Maia a tout de même de quoi faire, cette sous-intrigue n'est pas fantastique mais offre à un moment une vengeance assez savoureuse. Quant à l'affaire de la semaine, elle tarde à se lancer, mais rien que pour la chute, ça valait le coup. 7/10

#TheGoodFight 1.05 - « When in trouble, hire Elsbeth. » J'ai adoré Elsbeth, Carrie Preston joue à merveille cette avocate compétente qui a un fonctionnement très original, mais ses dernières venues dans TGW avaient été un peu trop forcées, à l'image des scènes humoristiques d'ailleurs, ça ne marchait plus aussi bien. Et là par magie ça roule à nouveau, ses mimiques et son talent sont mis en avant et elle offre un sacré spectacle face à Mike Kresteva. S'il n'y avait que ça, l'épisode serait déjà bien mais on a en plus une Diane qui trouve sa place et profite du retour de Neil Gross pour faire avancer ses pions. L'affaire qui fait référence à Law & Order SVU qui a annulé un épisode sur Trump est aussi intéressante, sans prendre trop d'antenne, mais surtout cette partie se mixe parfaitement à l'évolution de Diane, avec humour pour couronner le tout. Bref, très bon épisode. 8/10

#TheGoodFight 1.06 - Quand une seule partie est à la hauteur de la série, c'est mauvais signe. Soyons clair, l'épisode n'est pas mauvais mais la partie du Lucca est faible et décevante, l'affaire de la semaine sur les alt-right est irrégulière (ça ne vaut pratiquement que pour Marissa et Diane qui comprend l'objectif de Neil). Reste Maia, après quelques épisodes en-deçà, l'arrivée d'Elsbeth s'essouffle déjà un peu (on va arrêter là pour les blagues d'Alexa) mais son implication dynamise l'intrigue. La relation entre Maia et son père devient plus intéressante. 6/10

#TheGoodFight 1.07 - Tout s'accélère dans cet épisode et on ferme un chapitre. Le jeu sur les lois, les tactiques pour contrer l'attaque des procureurs, tout ça est intéressant et réussi. L'épisode est bien construit et chaque élément a son utilité. La séduction entre Lucca et Morello est en trop par contre, disons que ça a une petite utilité aussi mais c'était vraiment dispensable. Dommage par contre que Diane soit si en retrait. 8/10

#TheGoodFight 1.08 - Il y a des choses intéressantes (le duo d'enquêteurs, l'improvisation de Maïa et Henry), mais la bataille au sommet du cabinet venu de nulle part, l'affaire pas spécialement intéressante et la relation Lucca/Colin qui commence à plomber la saison, ça coince. 5/10

#TheGoodFight 1.09 - Colin Sweeney est de retour et la routine de ce personnage n'a pas changé, il est embourbé dans une affaire, il y a une femme dans l'histoire, il est coupable d'un truc mais innocent de ce dont il est accusé. Bref, pas véritablement de surprise, mais cette partie reste assez intéressante et amène du rythme pour équilibrer avec l'autre pan de l'épisode. Maia se soumet volontairement à un entretien avec le FBI, on y creuse sa mémoire, les failles de celle-ci, et ses soupçons envers son père. Le gimmick des oiseaux et de la peinture est vite pénible mais heureusement oublié à mi-parcours et c'est d'ailleurs à ce moment-là que cette partie devient intéressante. La fin est prometteuse. 7/10

#TheGoodFight 1.10 - Est-ce un bon épisode ? Oui. Est-ce un bon final ? Hormis les dernières secondes, pas tant que ça. On a l'impression d'avoir un épisode entre deux moitiés de saison, qui termine sur un bon cliffangher mais ne clôt pas grand chose. L'affaire voit le retour de Jason Biggs, je me rappelle vaguement qu'il jouait un techos, mais c'est tout. Cette affaire est correcte, ça assure le spectacle. J'aurais bien fait sans le retour du nazi ceci dit. Maia a une évolution professionnelle prometteuse mais l'affaire de son père vient logiquement s'imbriquer là-dedans, cela amène du positif et des choses plus décevantes. Disons que la fin (on s'attend à une surprise, mais pas celle-là) sauve un peu ce fil rouge qui a piétiné par moments. Concernant Lucca et Morello c'est moins pénible que les autres fois, ça a le mérite de s'intégrer mieux à l'intrigue. Au final, pas de déception, c'est solide mais pas suffisamment impressionnant pour conclure une saison. 7/10

Partager cet article

Commenter cet article