Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Notes-Séries

Comment un coup de blues m'a amené vers Good Morning Call

29 Juillet 2017 , Rédigé par Notes-Séries Publié dans #Good Morning Call, #Drama, #Comédie, #Romantique, #Netflix, #Japon

Comment un coup de blues m'a amené vers Good Morning Call

On a tous connu des semaines un peu chiantes, où le moral n'est pas là sans trop savoir pourquoi. Tu ouvres Netflix et tu as deux solutions : tu regardes ta liste de séries dramatiques ambitieuses, de films où il faut réfléchir ou tu fouilles pour trouver un truc pas prise de tête pour tester.

Cette logique m'a fait découvrir le passionnant Terrace House Boys & Girls in the City qui est la meilleure télé réalité du monde (je ne compte pas Survivor que je classe plus dans les jeux) et qui fait office d'excellent drama. Les japonais m'ont remonté le moral une fois, pourquoi ne pas retenter le coup ? Je tombe sur Good Morning Call. Une comédie romantique japonaise :

« Alors que ses parents déménagement à la campagne, la jeune lycéenne Nao Yoshikawa décide de rester vivre près de son école pour ne pas perdre ses amis. Elle trouve un appartement de rêve mais victime d'une arnaque, elle se retrouve en collocation avec le lycéen le plus populaire. Le déménagement les ayant ruiné, ils doivent cohabiter le temps de trouver une autre solution. »

 

J'ai (eu) une grande tolérance envers les teen drama mais on a vite fait le tour de la question. Le fait que ce soit japonais, je m'y suis donc lancé. Pour tester.

On va séparer la série en deux, qui dit comédie romantique, dit comédie. Cet aspect là est assez réussi dans la série. L'humour n'est jamais lourd et même le comique de répétition m'a toujours fait rire. Nao jouée par Haruka Fukuhara est surprenante. Elle a un côté un peu débile qui fait souvent rire, sa tête pendant ses rêveries au milieu d'une conversation sont drôles. Par exemple le passage où elle danse dans les escaliers lors de l'escapade m'a fait hurler de rire, l'actrice surjoue à mort certains passages mais on lui pardonne tout tant elle se donne pour son personnage. L'aspect comique du personnage est excellent. Uehara est un personnage qui peut agacer (j'y reviendrais dans l'aspect romance), mais il a droit a ses moments d'humour également. Son refus absolu de se fondre dans le groupe, de rejeter tout le monde, son côté stoïque au milieu des excentriques arrivent parfois à être drôle. Sa passion pour la bouffe est aussi une ficelle qui marche bien. Cet aspect sauve le personnage une bonne partie de la saison selon moi.

Les personnages secondaires font très bien leur travail également. Marina remplit son rôle de best girl à merveille, sans éclat mais avec régularité. Mitsuishi est un personnage assez discret mais son implications dans les histoires débiles de ses amies font souvent sourire. A la fin il a même un côté blasé devant le drama qui a parfaitement représenté mon état d'esprit. C'est notre représentant. Je me suis un peu retrouvé en Abe, personnage secondaire très marrant qui déclare sa flamme à toutes les filles dans l'espoir qu'une finisse par accepter. Issei personnage de second plan pendant la première partie a aussi eu droit à ses bons moments. Enfin, Nozomi Kitaura fait une entrée très manga-esque mais se révèle très vite un personnage précieux. De quoi regretter de ne pas l'avoir vu plus souvent.

Cette fameuse escapade aux 2/3 de la saison représentent au mieux l'aspect comédie, en particulier le passage autour du tennis de table. Gag visuel, surprises, bonnes vannes, ça m'a beaucoup fait rire.

Comment un coup de blues m'a amené vers Good Morning Call

On en vient à la romance. Pendant environ 7-8 épisodes, c'est assez sympathique/mignonne. Mais ça finit par devenir redondant et ça rend les épisodes plus difficiles à enchaîner. Le problème est que la série suit un schéma quasi identique sur chaque trame : Uehara se comporte mal, Nao panique, un amoureux transi se mêle à ça, Uehara se réveille et ça passe.

C'est au re-retour de Yuri, la belle-soeur d'Uehara que ça commence à vriller à mon goût (pour donner une idée à ceux qui ont vu). Cette surcouche de drama a finit par me lasser des insécurités de Nao, du comportement d'Uehara et a même gâché quelques personnages secondaires comme Daichi (même s'il était déjà assez lisse au départ) ou Issei (qui avait un rôle de frère amusant). La série finit toujours par retomber sur ses pattes grâce aux efforts du cast ou à quelques moments bien sentis, cela permet de vouloir aller au bout sans trop de soucis.

 

Est-ce que je recommande la série ? Probablement pas, il faut surement avoir le bon état d'esprit pour, être un peu fleur bleue, et surtout ne pas vouloir voir de la grande télévision. Mais pour les soirées (froides) d'été, en ayant un peu le blues, ça fait le travail.

À noter que, exceptionnellement pour une série du genre, une saison 2 a été tourné et devrait être diffusée prochainement au Japon et un peu plus tard sur Netflix dans le Monde.

Partager cet article

Commenter cet article