Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Notes-Séries

Code Black (Saison 1)

24 Février 2016 , Rédigé par Notes-Séries Publié dans #Code Black, #Drama, #CBS, #Médical

Code Black (Saison 1)

Code Black
- CBS - 2015/16 - 18 épisodes -
Créé par Michael Seitzman

 

#CodeBlack 1.01 - Pas la force du pilot de E.R. mais on a la même saveur, celle des bonnes années du modèle. Du drama sans en faire trop, des interventions en permanence, un rythme bien maîtrisé. Faut être concentré, ça me semble pas adapté à la TV d'aujourd'hui, mais ça fait plaisir. Je suis bon client des show médicaux, et celui-ci est celui qui m'a le plus convaincu depuis un moment. 8/10

#CodeBlack 1.02 - On fini rincé après un épisode. J'aime toujours mais je peux comprendre des éléments gênants. C'est bruyant, ça va vite, le montage n'aide pas toujours, certains personnages paraissent durs. Mais c'est ce qui me plaît, on est plongé dans l'action sans chichi. J'ai bien aimé l'inversion des rôles entre Angus et Malaya, par contre j'espère qu'on va pas avoir droit à chaque fois à la grosse action de Christa quasiment envers et contre tous, ça peut vite être saoulant. J'aimerais un poil moins de réussite aussi dans les tentatives, mais ça viendra. Bref c'était cool, les qualités du show sont maintenues, y a des petites choses qui peuvent être à corriger. 7/10

#CodeBlack 1.03 - "You know, I once removed the wrong testicle... If that makes you feel any better." Moins d'effet de surprise que les deux premiers, mais cet épisode est mieux géré que le précédent. Comme d'hab un bon rythme mais aucune intrigue qui paraît too much (dans "l'interventionnisme" des médecins). J'aime la façon dont ils développent doucement les personnages (mise à part Christa et Rorish où c'est parfois trop insistant), au milieu des interventions dynamiques. La formule est bonne. 7/10

#CodeBlack 1.04 - "A gang bang on the bus with the third-graders". J'ai eu l'impression que ça durait une heure, mais dans un sens positif. C'était dense mais avec des moments pour respirer. Le fil rouge est une très bonne surprise, rondement mené, tension, doutes et un twist surprenant. Le reste nous offre des cas amusants, tristes ou bizarres, avec plus ou moins de réussite mais sans jamais sembler forcé. Le développement des personnages est fait subtilement dans la majorité des cas, c'est adapté à l'univers et la tension permanente qui règne à l'hôpital. 8/10

#CodeBlack 1.05 - "Got some battlefield medicine going on here, I see." On se concentre cette fois sur un nombre limité de patients, mais la tension est tellement bonne qu'on voit pas le temps passer. Centré sur Neal, le doc toujours calme et pro, l'épisode arrive à faire passer les émotions. Les problèmes avec son père envahissent un peu trop certains moments, avec l'insistance sur Daddy et Christa, c'est le seul moment où le drama me paraît un peu pataud. Mais tout le reste me plaît, notamment la sobriété dans les relations entre personnages (y aurait eu déjà 5 couples dans un autre show). Angus et Mario ont aussi un patient récalcitrant. C'est con à dire mais ça m'a fait marrer de les voir avec un nouveau problème à chaque fois qu'ils repassaient le voir, le genre de soirée de merde qui n'en finit pas. C'était prenant en tout cas. Je suis bon client des show médicaux, celui-ci répond parfaitement à mes envies. Ma nouveauté favorite des networks. 8/10

#CodeBlack 1.06 - "People come here at their very worst, which means that no matter what, we have to be at our very best". Après deux épisodes assez fous, celui-ci ne faiblit pas dans le rythme mais marque moins dans l'émotion. Il est pourtant centré sur Malaya Pineda qui est un personnage vraiment pas mal, mais hormis le fait de voir ses premiers moments de faiblesse, c'était moins touchant. 6/10

#CodeBlack 1.07 - "Oh, you're full of sunshine, doc." Ah j'aime ce show. Même les petits détails qui me gênaient me posent moins de soucis. Ils pourraient se passer de rappeler à chaque fois qu'elles ont perdu leur famille, c'est souvent maladroit et les ficelles sont grosses, mais c'est une infime partie de la série. On pourrait croire que rien ne permet de s'attacher, aucune scène hors-hôpital (c'était la première qui se déroulaient à + de 50m d'Angels non ?), peu d'interactions sociales entre les docs. Mais pour une série de network qui vise plus de 13 épisodes, c'est parfait. Dommage que la série ne marche pas, je le comprends, mais ça me déçoit. On s'y attache petit à petit, par leur présence, leur travail et non une sur-couche de drama un peu bourrine (ce qui sera le cas de Chicago Med). Combiné au rythme fou d'un Code Black, des accidents, des morts, des cas plus mineurs, des cas amusants, un oeil qui sort de son orbite, etc. On a droit à 40 minutes divertissantes et touchantes. Et ça me plaît toujours autant. 8/10

#CodeBlack 1.08 - La pluie à LA, ça annonce le chaos. Voilà la promesse de cet épisode très bien lancé, la scène sur le toit pour accueillir deux blessés est réussie. La suite ? Plus calme que prévu, l'épisode a calmé le rythme, c'était moins intense mais ça se concentre un peu plus sur les personnages, notamment Pineda et Savetti. Ça m'a moins pris aux tripes que certains épisodes, mais ça fait le taf. 6/10

#CodeBlack 1.09 - "You had me at 'Handies'". Que j'aime le rythme du show. Sur cet épisode, la série a parfaitement dosé la part de tension, d'humour, d'apprentissage, la touche perso (même si ça varie pas pour 2 personnages), l'émotion. Ça peut sembler chercher l'émotion forcée, facile, mais je trouve que la série s'en sort bien mieux que le reste, le timing est toujours juste, sans forcer sur l'instru derrière. Il y a des petits défauts, déjà évoqués comme l'insistance avec le drame familial des deux docs, ou le côté renfermé de Savetti, mais tout ça s'oublie avec la fausse-discrétion de Pineda ou la génialitude (coucou Ségo) de Mamma. Et ici on a eu droit à une famille de super-héros plutôt cool. 8/10

#CodeBlack 1.10 - "We're not allowed to kill a guest in mama's house." Bon épisode, la première partie donne on ne peut mieux le ton. Mais je l'ai trouvé un tout petit peu inférieur aux autres très bons de cette première partie de saison. Pourtant il y avait le rythme, la tension, mais peut-être est-ce dû à la partie émotionnelle qui était un peu plus forcée ? L'ombre de Mama planait sur l'épisode, c'est peut-être cette partie qui était un peu plus inégale. Toutes les scènes où Mama est présent sont, par contre, réussies. 7/10

#CodeBlack 1.11 - Naaan ce cliff d'enculé. On promettait le chaos, la première partie n'est pas aussi dingue qu'on pourrait le penser, mais ce choix peut se comprendre pour ne pas perdre le téléspectateur. L'épisode trouve son tempo, la tension montant petit à petit, pour donner une seconde partie vraiment prenante. La partie sur Christa était particulièrement bonne. Les scènes à l'hôpital auraient pu être mise une autre fois, mais voir Shiri Appleby aussi marquée et la scène finale de Jesse, ça valait tout de même le coup au bout du compte. 8/10

#CodeBlack 1.12 - "I said it was insane. I didn't say we weren't doing it." J'ai hésité entre le 7 et le 8. La première partie conclue bien le fall finale, mais ça manquait un tout petit peu de rythme. Je me suis dis que c'était aussi la coupure qui m'avait sorti du tempo. Mais en fait non, car la suite va de surprise en surprise, de tensions, de mauvaises nouvelles, de moments réussis en gros. Ce début d'épisode un peu moins top et la partie drama amoureux qui ressort un peu plus ici me fait baisser un peu la note. Mais c'est une bonne reprise, très touchante. 7/10

#CodeBlack 1.13 - "I hate to admit it, but I kind of like her." J'étais un peu perdu au début, ce qui est bon signe dans la série, ça attaquait fort. Ils ont eu la bonne idée de continuer fort, de finir fort. Le quota de tension, d'émotion, d'humour, de surprises est rempli. On distingue aussi deux petits fils rouge (un stalker pour Malaya ? La départde Leanne ?) pour la suite. Vraiment un bon épisode, impossible de faire pause au milieu. 8/10

#CodeBlack 1.14 - J'hésite beaucoup sur la note même si c'est secondaire. Le truc c'est que les bons épisodes de Code Black sont intenses, et arrivent toujours à me filer une larme à l'œil. Tu finis non pas épuisé, mais avec le sentiment d'avoir assisté à vrai show. Cet épisode est calme, le début ronronne gentiment, et ça ne décolle jamais vraiment. Il y a des passages réussis, une tension qui se créé avec Gordon par exemple, mais c'était un peu prévisible. J'ai par contre beaucoup apprécié le mini road trip de Leanne qui met en avant le personnage en changeant de décor. Cet épisode n'est pas au niveau du reste, il était plus posé, mais le rythme m'a moins accroché. 6/10

#CodeBlack 1.15 - J'ai un peu hésité pour la note. La tension en début d'épisode est très forte et il y a ça et là des passages très prenants ("Run Mayala, run !"). Mais avec trois patients dont deux avec un sort connu très vite, l'aspect médical était forcément en retrait, l'aspect administration contre l'instinct et l'improvisation des docs peut frustrer. De mon côté c'est surtout la dernière révélation qui me gêne, bien que ce soit compréhensible ça ajoute quelque chose d'assez lourd au niveau drama voire judiciaire qui ne me semble pas nécessaire dans la série. Mais grâce à une Melanie Chandra éblouissante en début d'épisode, le maquillage excellent ensuite et les scènes Angus/Malaya, ça me pousse à pencher vers le positif. 8/10

#CodeBlack 1.16 - Il m'a fallu quelques minutes pour me mettre dans le bain, les cas étaient un peu inégaux mais par la suite la magie de la série fonctionne encore, pour prendre aux tripes et trouver le petit détail qui va te faire craquer. Que ce soit les patients, le professionnalisme de Mike pour remettre la tête de Malaya à l'endroit ou la gamine, il y a des scènes fortes, et c'est ce que j'aime chez Code Black. 7/10

#CodeBlack 1.17 - La part de drama a pas mal augmenté, en début d'épisode en tout cas, et cela n'a pas aidé à se laisser happer par les différents cas, mais sur la fin, comme souvent, la série trouve son rythme, chaque cas devient intéressant et juste, l'un est assez surprenant d'ailleurs. Dans la partie drama, pas totalement convaincu des choix pour Angus et toute la partie chirurgie, mais ça correspond malgré tout assez bien aux personnages que l'on connaît. 7/10

#CodeBlack 1.18 - « Ladies and gentlemen, we're in code black. » On a eu droit à une minute trente de calme, et puis Code Black est entré en mode Code Black. Le début est intense, on a ensuite une plage de repos mais c'est pour mieux asphyxier l'équipe derrière. Les éléments de drama pouvant être lourds habituellement (triangle amoureux, addiction) sont traités sans en faire trop, j'ai même trouvé ce qui concerne Angus bien fait. Ensuite, on a du classique, intensité, émotion. La fin est à l'image de la série, simple mais efficace. 8/10

Partager cet article

Commenter cet article